Vous connaissez peut-être déjà ses photos ?
Non ?! Alors cette interview est l’occasion de vous faire
découvrir un petit bout de femme qui ira loin 😉

_______________________________________________

Interview Gaëlle Simon

« Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs. »

 

Hello Gaëlle ! Même si chez Hello Wooly on te connait bien puisque tu es la photographe star de tous nos shootings, on a envie que le reste du monde de la blogosphère découvre ton travail 😉

•••••••••••••••••••••••••••••📷•••••••••••••••••••••••••••••

Hello Wooly : Qui es-tu Gaëlle Simon ?

▶︎ Gaëlle Simon : Je m’appelle Gaëlle, comme le village breton de mes grands-parents. J’ai 22 ans et je suis étudiante en master 2 de communication, ma dernière année de fac ! A côté de ça, je suis photographe, graphiste et je fais parfois des vidéos.

Interview Gaëlle Simon

pic : ©Livia Racca

 

H.W : Comment est née ta passion pour la photographie ?

▶︎ Gaëlle Simon : J’aime bien les images depuis que je suis toute petite. Au début, je voulais être illustratrice et faire des bandes-dessinées. Puis j’ai voulu être photographe, puis faire des films, puis des affiches, puis re-faire des dessins. J’ai alterné entre ces différentes envies pendant toute mon enfance et mon adolescence.

À 8 ans j’ai eu mon premier appareil photo rien qu’à moi, alors je photographiais les arbres, les maisons et les vacances, comme tout le monde. Je ne pense pas vraiment que cela ait à voir avec ce que je fais aujourd’hui, mais c’est le cadeau qui m’a le plus marqué. Après, j’ai eu un « vrai » appareil photo de grand, un réflex, quand j’étais en 3ème. À partir de là j’ai commencé à me concentrer sur la photographie, puis à partir de mes cours d’Arts Plastiques renforcés au lycée j’ai découvert une façon plus critique de faire des photos, je réfléchissais davantage et j’essayais de trouver un sens et une démarche à mes photos.

 

H.W : Ton amour pour les belles images se ressent dans ton travail. On y trouve une douceur presque palpable et l’on en retire très souvent un message poétique. Comment penses-tu que le spectateur perçoit tes clichés ? Comment aimerais-tu qu’il les perçoive ?

▶︎ Gaëlle Simon : Difficile de répondre à cette question ! De manière générale, je ne pense pas vraiment à la manière dont le spectateur perçoit l’image. C’est encore le stade de la découverte pour moi, je veux justement savoir ce qu’il ressent à partir de ce que j’ai imaginé. C’est très intéressant de connaître le ressenti des gens sur les images, il est toujours différent car chacun a son histoire et l’interprète selon sa vision et son vécu.

Par contre, s’il y a quelque chose que j’essaie de faire, c’est justement de créer des images auxquelles tout le monde peut s’identifier. Je suis dans une période où j’ai pleins d’idées, pleins d’envies, mais aucun temps pour les réaliser. Alors je fais des photos de choses simples, des choses que j’aime et j’aimerais voir plus souvent dans mon petit fil d’actualité rempli d’ondes négatives.

Aussi, quand je fais des photos, j’essaie toujours de trouver une ambiance qui correspond à la personne, à son caractère ou à la vision que j’en ai. Même si les photos sont pour des projets personnels, je veux à la fois que cela serve au modèle et que le résultat soit sincère grâce à une ambiance qui lui ressemble.

Interview Gaëlle Simon

« Peut-Être Burano »- Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs. ©Gaëlle Simon

 

H.W : Comment définis-tu ton style ?

▶︎ Gaëlle Simon : Je n’arriverais pas trop à définir mon « style ». Je sais ce que je ne fais pas (du reportage, du paysage, du studio) mais impossible de vous dire ce que je fais vraiment. Mais pour bien répondre ce serait quand même le portrait en essayant d’y mettre un peu de poésie et de sensibilité.

D’un côté peut-être que si je n’arrive pas à définir mon style c’est parce que je n’ai pas envie de m’enfermer dedans. J’aimerais garder la liberté de pouvoir créer ce que j’ai envie sans me poser la question « est-ce que c’est vraiment moi ? ». Même si c’est difficile. Et puis, j’ai encore le temps de le trouver, cela viendra tout seul au fil des projets.

 

H.W : Ton dernier projet s’appelle « Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs ». Un pari osé mais totalement réussi ! Peux-tu nous en parler ? Pourquoi et comment s’est construit cette jolie série de clichés ?

▶︎ Gaëlle Simon : À partir du moment où l’on m’a dit que j’allais exposer au théâtre, j’ai voulu présenter quelque chose qui représente mon « travail » en globalité mais qui puisse aussi parler aux gens, ici. J’ai remarqué lors des expositions de ma série précédente (l’Age dort), que les personnes qui regardaient les photos restaient longtemps devant à deviner où elles avaient été prises. C’est à ce moment là que j’ai réalisé que, alors que j’essayais à tout prix de chercher de nouvelles architectures ou paysages ici pour m’évader à travers la photographie, le côté chauvin des niçois ressortait et ils prenaient du plaisir à jouer au jeu des devinettes.

C’est comme cela que j’ai choisi le thème du voyage « statique », j’avais déjà une base de photo (certaines datent de 2013 ou avant) et je n’avais plus qu’à la compléter avec des lieux que j’avais repéré depuis des mois. C’est vraiment une thématique qui me suivait depuis des années sans que je ne m’en rende vraiment compte.

Interview Gaëlle Simon

« Peut-Être Berlin »- « Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs. » ©Gaëlle Simon

 

H.W : Un rêve que tu adorerais concrétiser ?

▶︎ Gaëlle Simon : Pour l’instant, trouver le temps de voyager partout en France pour découvrir toutes les régions et m’en inspirer. Je traversais la France en voiture en une journée pour aller en Bretagne, avant. Il y a tellement de paysages, d’ambiances différentes à quelques kilomètres les uns des autres. Je sais que ce serait une source d’inspiration et de création immense ! C’est un rêve à court terme mais le plus important pour moi, en ce moment.

Interview Gaëlle Simon

« Peut-Être New York »- « Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs. » ©Gaëlle Simon

H.W : Ce que tu aimes / ce que tu détestes ?

▶︎ Gaëlle Simon : Je vais forcément répondre des trucs cons, haha !

Le combo parfait du bonheur : de la bouffe (au choix pizza, pasta, galette saucisse et crêpe beurre demi-sel + sucre = la crêpe ultime, vraiment), de la musique genre motown des 60s, Steevie Wonder ou gospel et des gens rigolos (je suis pas difficile).

Pour ce que je déteste, on verra une prochaine fois. Sinon, je vais me concentrer à chercher un truc, et après je vais être énervée pour de vrai. Ce serait dommage vu comme on s’amuse !

 

H.W : Tes futurs projets ? Des collabs’ à venir ?

▶︎ Gaëlle Simon : Beaucoup d’idées qui traînent dans ma tête mais j’attends la fin de mes études pour (essayer de) les réaliser ! Je ne peux pas vraiment en parler maintenant car aucune n’est très concrète. Ce que je peux dire c’est que j’ai une chouette collab’ un peu internationale mais très nissart qui arrive. À suivre !

 

•••••••••••••••••••••••••••

EXPO « Rêve d’ailleurs : voyager ici, rester ailleurs » par Gaëlle Simon au Théâtre National de Nice (Promenade des Arts, 06300 Nice) à voir jusqu’à mi-juin.

Interview Gaëlle Simon

Suivez son actu :
gaellesimon.fr  // //

 

Il n'y a pas de commentaires

*